Sommaire histoires

Un amour de Cotou

Bonjour à vous et merci pour votre site, plein de bons conseils, de photos superbes et d'histoires émouvantes.

Je vais vous conter l'histoire de Cotou qui est arrivée chez mes parents en milieu d'année 2003 avec 4 autres poules, (des petites rousses).

C'est la première fois que mes parents ont des poules, puisqu'ils viennent d'emménager dans une maison avec un peu de terrain.

Tout a été aménagé en vue de leur installation, poulailler, grillage...
Par la suite, on améliorera et agrandira.

Petit à petit, nous donnons des noms à ces poules, on se rend compte qu'elles ne sont pas simplement des machines à pondre mais qu'elles ont leur caractère, leurs cris, leur personnalité.

Nos poules s'appelaient donc Cotou, Brailleuse, Suzy, Rougette, Mouppette et Cozette la petite dernière, une poule noire qui, au début, était laissé de côté par ses congénères.

On a vite compris que Cotou était différente des autres, elle recherchait notre compagnie et s'arrangeait pour voler par-dessus la barrière pour nous rejoindre.

Finalement, on la laissait divaguer dans le jardin, alors que les autres restaient enfermées souvent, Cozette la rejoignait.

Cotou pris l'habitude de venir à la maison, elle se mettait sur le rebord de la fenêtre et tapait au carreau pour qu'on lui ouvre, toujours là pendant les repas, elle se mettait entre nos jambes pour qu'on lui donne à manger.

Elle a vite compris que c'était vers moi qu'il fallait aller car je lui donnais toujours plein de trucs; après le repas, je la prenais sur mes genoux et elle sommeillait pendant que je la caressais et que je lui disais des mots d'amour...

Il arrivait qu'on lâche les autres dans le jardin et elles aussi rentraient dans la maison.

Mais si Cotou était là, elle était jalouse, c'était assez drôle.

Puis un jour, elle est tombée malade, en avril 2005.
Ma mère et moi n'avons pas pensé à l'emmener chez le vétérinaire, j'ai passé presque une nuit avec elle, pensant qu'elle allait mourir et je ne voulais pas qu'elle reste seule.

Et puis, la deuxième nuit, je l'ai installé confortablement à côté de mon lit, dès qu'elle bougeait, je la rassurais, je lui parlais, je la caressais.
Le lendemain, elle allait beaucoup mieux.

Nous avons commencé à la nourrir, son état s'améliorait vraiment, elle retournait dans le jardin.
Malheureusement, ce n'était pas suffisant, il aurait fallu des médicaments, combien je regrette de n'avoir pas été plus intelligente et de ne pas l'avoir emmené chez un vétérinaire plus tôt.

Le 5 mai 2005, je suis rentrée d'une balade en forêt, mon Cotou n'était plus là, ma mère m'a annoncé sa mort.

Je me rappelle ce moment comme si c'était hier, j'ai mangé mécaniquement, les larmes ne cessaient de couler.

J'ai pleuré des jours ma poule, que je n'avais pas réussi à sauver, elle me manque encore, elle nous aimait et nous, on n'a pas été à la hauteur, je m'en veux terriblement.

Nous l'avons enterré et j'ai planté un rhododendron, en souvenir de cet amour de poule.

Ses copines ont suivi, je me rappelle du jour de leur mort, pour chacune d'entre elles...

Si j'adorais mon Cotou, les autres étaient aussi chouchoutées, elles ont toutes été enterrées vers Cotou.

Il y a un mois, le 20 avril, Cozette est morte subitement, c'était devenu la chouchoute, une gentille petite poule qui nous manque aussi beaucoup.

Voilà l'histoire de nos poules, j'ai les larmes aux yeux en écrivant ce texte.

D'autres poules les ont remplacées mais ces 6 premières poules resteront dans mon coeur et je ne les oublierai jamais.

Les poules ne sont pas si stupides que ça, Cotou et les autres nous l'ont fait comprendre.

Je les regarde maintenant avec les yeux de l'amour.

Je dédie cette histoire à tous les amoureux des poules, merci de m'avoir lu.

Céline.


Cotou dans la cuisine.


Suzy dans la verdure.


Sympathique Cozette


Moupette


Roujette prend son bain de terre dans le bac à fleurs


Brailleuse, la petite dernière, apprécie les joies du camping.

Sommaire histoires