Mes Lhomann Brown

Nous devions déménager pour une maison et un terrain plus grand (3600m²).

"Pourquoi donc ne pas prendre des poules pour avoir nos propres oeufs ?" - proposais-je à mes parents.

"Pourquoi pas !"

Ils savent que j'aime les animaux et que je m'en occuperais. Le même été (2002), je travaillais dans une ferme d'oeufs biologiques. Malheureusement, les 3000 poules que je côtoyais tous les jours seraient tuées dans trois mois... Mais pendant mes deux mois de travail là-bas, je remarquais deux poules :

- la première, La Belle, qui avait encore bien toutes ses plumes, très jolie, qui se perchait seule sur les toits des nids.

- la deuxième, La Meneuse, au fond du poulailler, sur le perchoir le plus haut, elle aussi avait toutes ses plumes et une crête rase qui lui donnait un air sérieux d'où son nom...

C'est à cette dernière que je m'attachais le plus... Elle avait l'air d'avoir du caractère ! Ca me plaît ! Tous les jours, je restais devant elle, tentant des approches... et elle devenait de moins en moins farouche.

A la fin de l'été je devais la quitter... :°(

Fin septembre, le bâtiment devait être vidé. J'allais donc sauver La Meneuse, La Belle et prendre une troisième poule que j'avais un peu remarqué, Corole. Cette dernière ne s'acclimata pas chez nous et mourut d'une maladie malgré son traitement.

La Belle et La Meneuse avaient profité, un jour, de notre manque de vigilance pour passer la clôture et partir dans le quartier ! J'ai passé la journée à demander aux gens s'ils avaient vu des poules... Seule La Meneuse a été retrouvée, qui a été victime de la "bêtise humaine", un crétin avait joué au foot avec elle ! Elle boitait et saignait un peu. Heureusement, en une semaine elle s'en rétablit et avait recommencé à pondre. Souffrant de la solitude, je pris une autre poule, peu farouche (de la "nouvelle génération" de la ferme bio) : Clémentine (car je l'ai eu le jour de la St Clément).

Une histoire d'amitié se formait entre elles ! Elles ne se quittaient plus !

Vînt par la suite Irma (car eue le jour de la St Rémi), nous l'avons prise car la propriétaire de la ferme la trouvait belle et voulait qu'elle reste en vie. Elle est morte le 22 mars 2004, elle souffrait d'un mal inconnu, et quand nous l'avons brûlée, nous avons trouvé une boule de jaunes d'oeufs à l'intérieur. L'organe servant à produire les oeufs aurait "explosé" ?

Quel choc aurait pu causer cela ? Cette question reste sans réponse !

Le deuxième été où j'ai travaillé à la ferme, je remarquais encore une poule, Aménophis, que j'ai donc sauvée lol.

Tout cela pour dire, qu'avant d'avoir des poules, je ne me doutais pas à quel point je les aimerais ! Tout le monde pense que ce sont des animaux stupides et sans intérêt qui ne peuvent être considérés comme "animaux de compagnie". Mais je pense que n'importe quel animal peut apporter de l'amour et du bonheur, il n'y a pas d'espèce plus ou moins intéressante, c'est simplement une question de préférence.

J'ai découvert les poules et je sais que j'en suis folle ! Elles ne pondent plus, à part Clémentine de temps en temps, et ça m'est égal.

Elles me font rire :

- quand elles rentrent dans la maison,

- quand Ma Meneuse a monté l'escalier pour visiter l'étage,

- quand l'été dernier elles voulaient (La Meneuse et Irma) dormir sur la table de la cuisine, et Clémentine sur une marche d'escalier, jamais la même chaque soir !

- quand elles accourent quand je siffle pour venir manger,

- quand elles se frottent dans la terre,

- quand elles courent après des petits insectes dans l'herbe,

- quand elles me regardent d'un oeil, la tête penchée,

- quand elles me tournent autour et me picorent !

- quand elles "gazouillent" au moment où elles se préparent à pondre

- quand...

Ce message est comme une lettre d'amour à mes poules ! lol Elles sont géniales et quoi que l'on dise, je n'ai pas honte de parler de toutes mes bestioles à longueur de temps ! lol

Anya.


Histoire touchante, qui reflette l'amour des animaux et l'intérêt grandissant des personnes pour les gallinacés.

Pour cette poule qui a perdu la vie, il s'agissait d'une ponte interne. Ceci arrive par l'emploi de substances dans l'alimentation des poussins, provoquant une maladie tumorale lente de l'ovaire ou par congénitialité, c'est à dire une malformation de l'oviducte : Les jaunes tombent à côté du pavillon et stagnent en bas de l'abdomen, s'il y en a trop, ils ne peuvent être auto-digérés et provoquent un empoisonnement interne.

On ne peut intervenir chirurgicalement et il n'existe aucun traitement.

John.

Sommaire Histoires