Retour

 

Un jour de Février, Jean-Baptiste, mon fils de 5 ans, ma femme Sophie et moi nous promenions sur les hauteurs de notre village ou nous avons emménagé l'été dernier.

Nous parcourions et voulions prendre quelques idées de jardin pour aménager le notre.

Là, nous avons vu un jardin privatif, ou quelques poules d'une allure exceptionnelle, d'une beauté fantastique et... "tu as vu Papa, elles ont des poils" s'écria Jean-Baptiste.

En regardant bien, il avait raison...

Nous nous sommes approches, les poules ont de suite accouru vers nous... histoire de voir si nous n'avions quelque nourriture que ce soit.

Je me disais au fond de moi-même, qu'elles sont familières! Et, ne souhaitant pas de chat ou chien, à la maison, une idée me vint a l'esprit : pourquoi ne pas faire un petit élevage familiale, a la fois a titre pédagogique, et par plaisir pour Jean-Baptiste et moi-même. Sophie n'étant pas très "éleveuse d'animaux dans l'âme", je viens a lui soumettre l'idée.

N'étant ni pour ni contre, me voici parti a la recherche de la fameuse poule a poils.

J'accours de suite a la maison ou nous avions vu les poules... pas de chance, personne. J'y retourne quelques jours plus tard, toujours personne.

Une ferme située un peu plus haut de la rue, attire mon attention. J'y demande ainsi si il ne connaissait pas la fameuse race de poule blanche poils..., la réponse a été non, car ce sont des cultivateurs et non des éleveurs... Par contre, il lui semble qu'au marché, des éleveurs cherchent à vendre leurs poules.

Pas de panique, me voici attendant le mercredi, jour de marché, a essayer de trouver déjà l'éleveur, et la fameuse race de cette fameuse poule. Pas de chance, l'éleveur n'est pas venu pour cause du mauvais temps certainement, car il pleuvait des cordes.

Me voici de retour a la maison.... bredouille !

Je me connecte sur Internet, et je commence a chercher 'poule', 'poulet', et "poulailler"....car une fois la poule trouvée, il fallait trouver de quoi la loger.

Me voici sur un site intéressant de Dimatel, ou j'ai trouve un petit poulailler familial pour 3 a 8 poules... en avant la commande... au téléphone, j'en profite pour lui demander la fameuse race, et il me confie qu'il vendait un livre intitule "La Poule", et que les races majeures y sont décrites. Que cela ne tienne, je le commande avec le poulailler.

Le lendemain, ma commande arrive, le poulailler et le livre. Effectivement, voici enfin la race dont le nom m'était encore inconnu... La Nègre-Soie ; une splendide photo, c'était extra, c'était elle.

Pas de problème de motivation, Jean-Baptiste et moi, commencions ainsi à monter le poulailler.

Ma voisine, me voyant monter le poulailler, m'interpelle et me demande, si ce n'est pas un poulailler. Au fond de moi-même, je me dis que le quartier doit certainement être des gens qui ne souhaitent pas trop être dérangé... par des cris de coqs. Et bien non, elle me dit qu'elle fait un élevage de cayennes... je me disais aussi, j'entends des coqs, mais entre nous, un mur de 2,50m nous sépare.

Je lui réponds donc que nous sommes en train de créer un petit élevage de poules familial.

Elle m'indique, que "vu le poulailler, elles vont avoir froid, vos poulettes"

Pas de problème, me voici partant a modifier mon poulailler avec des planches sur les cotés, parquet au sol, modification de l'échelle, et voila le travail. Je montre mes modifications à ma voisine, et soulagée, elle donne son "accord".

 

 

 

C'est parti, il me faut trouver maintenant des poules. Chaque eleveur que j'appelle m'indique qu'il ne fait pas cette race.

Aller, je reprends mon PC, me voici sur le net, et hop je cherche "Nègre-Soie"...et la O miracle, me voici sur le site de Aristosoie.

J'y trouve beaucoup d'informations, et j'appelle John.

Je lui indique qu'étant néophyte, il me faudrait des informations complémentaires à celles que j'avais. Il m'a déjà rassuré, puis donné des informations.

Une chance, il avait 2 poules de quelques mois et un coq.

Le rendez-vous pris, me voici a parcourir 120 Kms vers le 91. Comme dit ma femme, qu'est-ce que tu ne ferais pas pour tes poules...

 J'ai eu un accueil exceptionnel, ou l'on retrouve une ambiance, calme et posée ou stress n'est pas d'actualité... En fait je suis resté à les écouter sa femme et lui a me donner des conseils toute l'après-midi.

Je suis content que dans ce monde technologique il y a encore une vie humaine, chaleureuse, et surtout nature.

Me voici de retour à la maison, avec les poules et le coq.

Ils ont l'air de se plaire et galvaudent dans le jardin.

Elles ont l'air d'apprécier leur nouvelle maison, Jean-Baptiste leur donne à manger, je m'occupe de leur boisson et de leur environnement.

J'ai acheté des granulés dans le commerce, mais là je ne pense pas qu'elles les apprécient. Il faut savoir que John et sa femme ne les nourrissent pas aux granulés, mais au maïs, blé, riz, pommes de terre, etc...

N'ayant pas trouvé cela dans les magasins proches de chez moi, j'ai acheté de l'Ebly (blé) et du Tipiak (blé dur, orge, avoine et flocons de soja).

Bien Amicalement

Marc (78)

SUITE

Retour