Sommaire

La nourriture

Le mini cartoon caricatural ci-dessus, démontre qu'une poule mange de tout.
Ceci est une réalité, poules et coqs sont omnivores.
Durant les millions d'années de présence sur terre, les gallinacés ont adapté leur alimentation en fonction des changements climatiques, modifiant la végétation, puis par le passage du vol à la marche au sol.
L'humain étant loin de naître, les gallinacés ne risquaient pas de trouver les graminées au sol !

On peut supposer que les cinq doigts de la Nègre-soie, qui est une race très ancienne, devaient servir à saisir les tiges de graminées et autres tiges d'arbustes supportant des baies.
Le grattage du sol permettait de trouver vers, insectes et animalcules apportant des protéines d'origine animale.
Les sols ayant été recouverts par les mers et les océans, leur permettaient de trouver l'indispensable sel et des fragments de coquillages, entrant dans la synthétisation du carbonate de calcium pour la coquille des oeufs.

De nos jours, à part quelques races de gallinacés vivants encore à l'état sauvage, nos poules vivent en milieu artificiel, c'est donc à l'humain de compenser les manques alimentaires de ses poules.

Vous devez écarter ABSOLUMENT les miettes et granulés chimiques, indiquant qu'ils contiennent "tout ce qu'il faut", il s'agit d'un leitmotive destiné à enrichir les industriels, la majorité de ces produits chimiques raccourcissent énormément l'espérance de vie des gallinacés, ce qui fait le bonheur des marchands de volailles qui peuvent en vendre plus souvent.

Une poule nourrit sainement peut vivre de dix à douze ans.
Une poule nourrit chimiquement = 6 mois à 2 ans...

Cela fait plusieurs milliers d'années que les gens nourrissent leurs poules naturellement, il n'y a aucune raison pour que cela change et puis, c'est vous qui mangez leurs oeufs, vous être libres de vous auto-empoisonner.

Mais alors ? Que donner ?

D'abord, les céréales, elles doivent constituer 70% de la ration journalière, il faut varier : Blé, maïs, tournesol noir, sorgho, orge, brisure de riz, cardy.
Des féculents : Pomme de terre, pâtes alimentaires, cuites à l'eau bien salée, souvenez-vous que le sel est indispensable et évite des pathologies regrettables, surtout chez le poussin, on peut aussi donner des haricots, des pois, de la châtaigne, que l'on fait cuire, du pain, etc..
Les protéines animales : Vos restes carnés sont intéressants, ainsi que le poisson.
Les protéines végétales : Herbes, salades, légumes.
Du calcium : Le fromage, le gruyère en contient le plus.
Sous une autre forme calcique : Coquilles d'huîtres, coquillages, os de seiches écrasés au marteau.

A cela, il faut donner des pâtées reconstituantes, les anciens le faisaient systématiquement pour avoir en permanence des sujets forts, vigoureux et en parfaite santé.

Il faut aussi donner des vitamines : Des produits naturels et sérieux, pas des "machins chimiques" vendus en animalerie.


Pour toutes les espèces vivants sur terre, une bonne alimentation est le synonyme d'une bonne santé, un enfant humain présente une certaine réticence si on ne le force pas, il passerait son temps devant le téléviseur à engloutir des pizzas et des boissons hyper sucrées, ce qui fait que l'on se retrouve avec des enfants obèses, voûtés, avec un squelette fragile, se faisant une fracture à la moindre chute.
Le rôle des parents est de dire non à la facilité et de donner une alimentation variée à leurs enfants.

Pour les poules, c'est identique, il faut varier le plus possible et modifier leur alimentation en les observant et en fonction des saisons.
Ceci se transmettait de génération en génération d'éleveurs.

Nous espérons que ces quelques conseils vous permettront de mieux comprendre les lois fondamentales de l'alimentation.
On n'élève pas des poules en leur balançant une poignée de granulés...

John.

 (Copyright textes et photos extraits du CDrom "Mon amie la Nègre-soie" version 2.00, écrit par John Clickman et Stauk Meyer).

Sommaire